Journées du Patrimoine 9 et 10 septembre 2017: "Voies d'eau, de terre et de fer. Patrimoines et Ravel"

  

La Via Romea francigena.

Des pages de la grande histoire sur le plateau de haute Hesbaye. La Via Romea Francigena, la drève d'Ostin et la rue Pommelée Vache.



Journées du Patrimoine 12, 13 septembre 2015: "D'un monde à l'autre, 1713-1830"

  

Journées du Patrimoine 2015

Le cartouche du portail entouré de hampes en raisins en pierre calcaire date de 1714. Il rappelle la mutation du prieuré d'Ostin en un château classique par un maître de forge namurois, Hyacinthe de Marotte qui se convertissait à la faveur d'une crise économique. Ses descendants rhabillèrent la demeure sous Louis XVI avec l'aide de stucateurs italiens de renom, les Moretti. Ceux-ci réalisèrent les plafonds en stuc dont celui du salon de l'Automne dédié à Bacchus attestant encore de la culture de la vigne, une tradition immémoriale.

En 1812, A. Duckers, l'architecte de l'Opéra de Liège, créa la rotonde de style Empire, réussissant-ici une acoustique sans pareille, remise en valeur dès 1985 à la faveur des concerts des stages musicaux. Une girouette datée de 1827 tourne sur le colombier rappelant depuis les aménagements ainsi que la création de jardins anglais par Jan-David Zocher, architecte-paysagiste à la Cour de Hollande. A l'intersection des mondes Français et de l'Autriche impériale, le château d'Ostin fut investi par le roi d'Angleterre également Stadhouder des Pays-Bas, afin d'établir son Q.G. à l'instant de vaincre les troupes de Louis XIV emmenées à la défaite de la Ligue d'Augsbourg par le maréchal de Villeroi.



Journées du Patrimoine 2014

Du haut Moyen âge au XXe s., 800 ans d’Histoire au plateau de Haute Hesbaye.

  • Une stèle rappelle à l'entrée de la grande allée qu’en août 1944 le QG de la IVe Armée Secrète fut arrêté ici et transféré au camp Nacht und nebel de Mauthausen. Tous périrent.
  • Des archères en pierre calcaire attestent que les moines du prieuré d'Ostin se défendaient de toutes les convoitises.
  • Bernard de Clairvaux, en 1147, dans la suite papale vers Cologne, y prêcha la 2e Croisade.



Journées du Patrimoine 2013

... Les premières serres en métal pour l'excellence de l'agronomie.

Ostin, l’excellence horticole et agricole au XIXe siècle 1

De part et d’autre du portail du château d’Ostin (1714), deux serres édifiées vers 1840 rappellent la passion qu’Edouard Mertens vouait à l’horticulture exotique et à l’agriculture.

La serre aux vignes encore utilisée aujourd’hui et la grande serre en ruine avec sa contre-serre aux orchidées et ananas, autrefois chauffées et ornées de fontaines étaient parmi les premières réalisations en fer et en verre appelées à remplacer celles à la structure en bois.

Le gouvernement de la Belgique, un tout jeune Etat, suite à la grave crise agricole de 1846, avait décidé de créer sur l’ensemble du territoire national pas moins de treize fermes-écoles dont l’objectif premier tenait en l’amélioration rapide des rendements des culltures.

Le site d’Ostin, en Hesbaye gembloutoise, fut choisi par le ministère de l’Intérieur, en raison des vastes connaissances en agronomie du baron Mertens. Il est vrai que ce jeune chercheur, avait rapporté de ses voyages aux quatre coins de l’Europe et d’ailleurs, autant qu’au retour de ses multiples participations aux expositions agrico-horticoles, diplômes et médailles qui avaient achevé de consacrer le jeune récipiendaire, alors âgé de 36 ans, comme un des spécialistes de l’agronomie moderne. Sa participation au jury de l’Exposition internationale de Londres de 1851 ajoutait encore des lauriers à ceux déjà récoltés. Il exposait aussi volontiers, parmi les fleurs et les plantes irrésistibles (sic) obtenues dans les nouvelles serres chauffées, des pêches blanches à nulle autre pareilles.

Aujourd’hui le château et ses serres victoriennes tentent de ressusciter grâce à l’institution pédagogique musicale qui en a entrepris la restauration patiente et éclairée. Depuis 29 ans, chaque été, Ostin accueille à la faveur des stages de vacances, enfants et adolescents de tous niveaux pratiquant tous les instruments.

Les serres sont ouvertes exceptionnellement et font l’objet d’une visite commentée.

1 In Patrimoine monumental de la Belgique, Vol. V -II, pp. 787-789.

1 In La Belgique industrielle: vue des établissements industriels de la Belgique. Jules Géruzet, Bruxelles, 1850-1855, 2e série, pl. 189.

Animation : Concert du Patrimoine d'enfants musiciens des Vacances musicales d'été le dimanche 8 septembre 2013 à 16:00.

  

Journées du Patrimoine 2012: "Grandes figures en Wallonie"

... Les passagers des siècles à Ostin.

(Saint) Bernard de Clairvaux, Croisé et pacifique.

Parmi les Passagers des siècles d’Ostin, Bernard de Clairvaux occupe la première place chronologique des personnalités qui ont fait les riches heures d’Ostin. Il fut ainsi à la fois le héros et le héraut majeur de la 2e Croisade dont il assurait la promotion en 1147. Le pape Eugène III trouvant à se loger au château de Dhuy, Bernard, dans sa suite, séjourna à côté, au prieuré d’Ostin.

Adrien VI, un louvaniste qui ne voulait pas être pape.

Théologien classique, brillant professeur de théologie, recteur de l’Université de Louvain, Adrien fut élevé à la dignité papale, sans être candidat ni même présent au conclave qui l’y désigna. Est-ce à l’occasion du voyage à Madrid en 1507 ou en 1515 qu’Adrien VI s’arrêta à Ostin, y consacrant la chapelle castrale. Ses décrets sont jugés brutaux et bientôt on s’en prend à ses origines modestes et à sa provenance du Nord. Il est vrai qu’il était mal aimé d’être le premier pape non italien, ne s’intéressant pas aux arts, et avec çà buvant de la bière ! Il meurt l’année suivante après l’un des plus courts pontificats de l’Histoire.

Le roi Guillaume III d’Angleterre face au maréchal de Villeroi.

L’été de 1695, entre le 2 juillet et le 5 septembre, le plateau de haute Hesbaye, de Temploux à Noville sur Mehaigne en passant par Gembloux, Grand-Leez, Ostin, Dhuy, Boneffe et Leuze-Longchamp, est envahi par les armées Alliées venues assiéger Namur dans la Guerre de la ligue d’Augsbourg. A la tête des troupes, le roi Guillaume III, avaient trouvé dans la campagne de Pommelée Vache entre la cense d’Ostin et celle de la Commanderie de Templiers de La Bruyère, le bivouac idéal, lui-même prenant ses quartiers à la “gentleman’s house called Ostin...”

Artistes, architecte, paysagiste & agronome dans les sillons de Sambre & de Meuse, jusqu’à Bruxelles : les Moretti, Duckers, Zocher, Mertens...

On attribue la réalisation des plafonds d’Ostin aux Frères Moretti. Le plafond du grand Salon de l’Automne fut réalisé vers 1810 alors que les plafonds des autres salons de l’Eté et du Printemps, dûs au ciseau et à la palette de Moretti père (Giovanni Antonio) sont de ca. 1780. Auguste Duckers, l’architecte du Théâtre de Liège, dessina les nouveaux plans du château d’Ostin, ajoutant au logis de 1714 les rotondes du hall et du Grand Salon de l’Automne. Une nouvelle mode apparaît dans le dessin des jardins à la faveur des “jardins-anglais” et Jan-David Zocher Jr, architecte-paysagiste bien en cour à la Cour de Hollande, où il créa les jardins royaux de Soesdijk vient recomposer ceux d’Ostin (1827). Edouard Mertens un agronome averti avait importé d’Angleterre divers matériels agraires innovants qu’il perfectionnait et distribuait aux entreprises agricoles wallonnes. Dès 1846, il avait initié et perfectionné diverses techniques de drainage des sols humides, en enfouissant des drains à plus d’un mètre et par la plantation de haies-rideaux de peupliers qu’il complétait de haies d’aubépines... En 1855, fin de son école d’agriculture expérimentale au profit de la Faculté des Sciences agronomiques de Gembloux.

Contre les nazis tortionnaires, héros, hérauts, et martyrs de la Liberté.

En 1939, l’ingénieur liégeois Walthère Dewé, suite à l’invasion de l’Autriche par Hitler, jeta les bases d’un nouveau réseau de Résistance, Clarence, assisté par Marguerite de Radiguès et par sa sœur Marie-Antoinette. Marguerite et son mari Georges Clerinx offrirent à Walthère Dewé le refuge au grand air d’Ostin lorsque celui de Bruxelles devenait irrespirable. Ostin n’allait plus tarder à devenir une plaque tournante de résistants qui accueillirent les plus valeureux combattants de l’ombre : l’Armée Secrète Zone IV , à sa tête le colonel Roger Libbrecht, placé ici par le comte Capelle, secrétaire de Léopold III, en captivité.

N.B.

— Le dim. le commentaire sur les Hérauts & les Héros d'Ostin est assuré par M. J.-J. BOUCHEZ, conservateur du musée national de la Résistance, Bruxelles.

— Visites guidées des salons, commentée, sur le thème des Grandes Figures de l'Histoire, des Passagers des siècles & les Hérauts et Héros d'Ostin.

— Expositions de documents et de photographies regroupés en divers panneaux didactiques.

— Concert d'enfants et d'adolescents vacanciers-musiciens : dim. à 16:00, entrée gratuite.

— Petite visite commentée de l’exposition "les 100 plus beaux dahlias de Bruxelles et de Wallonie". Rendez-vous au porche d'entrée, aux heures de visite ponctuelles.

— Terrasse-cafétéria.

  

Journées du Patrimoine 2011: "Des Pierres et des Lettres"

... Oser les arts.

Demeure patricienne hesbignonne caractéristique, à vocation agricole, cette seigneurie de l'Ancien régime abrite encore aujourd'hui des plafonds sculptés attribués au talent des Moretti, des stucateurs italiens de grand renom qui œuvrèrent en Wallonie dans tant de monuments civils et religieux: 5 visites commentées par le restaurateur des plafonds sont programmées les samedi 10/9 et dimanche 11/9.

La restauration fonctionnelle de cette bâtisse fut entreprise dès l’automne 1984 afin de l’adapter à sa nouvelle affectation. Celle-ci fut réalisée dans le souci constant du respect des formes léguées par le constructeur Charles-Joseph de Marotte de Montigny issu d'une famille d'importants maîtres de forge du namurois, laquelle fut anoblie sous la domination espagnole. Il édifia en 1714 le château de plaisance en lieu et place du prieuré fortifié d’origine dont seuls les sous-sols témoignent encore aujourd'hui de la robustesse des constructions initiales. Bernard de Clairvaux les avait fréquentées en 1147 quand il suivait le pape Eugène III en voyage vers l’Allemagne, tous deux se consacraient à la 2e croisade.

Parmi les nombreux travaux, on relève le réaménagement des jardins en deux plaines de jeux et la restauration de l'ancien verger en vue d'accueillir des essences d’anciennes variétés de fruitiers et de fleurs rares (roses et dahlias). Petite visite commentée de l’exposition "les 100 plus beaux dahlias de Bruxelles et de Wallonie". Rendez-vous au porche d'entrée, aux heures de visite ponctuelles.

Puisqu'on ne roule pas en carrosse Louis XV sur les autoroutes, les bâtisses ont donc été adaptées et mises en conformité à cette nouvelle fonction d’accueil et d’hébergement. Plus de 5 km de câbles furent ainsi posés pour la mise en conformité aux règles de sécurité. Le chantier permanent est géré en autarcie financière soit sans faire appel aux deniers de l’Etat, ni davantage à la générosité de donateurs ou de mécènes: seule son affectation à la pédagogie musicale renouvelée et innovante assure les moyens financiers nécessaires à l’entretien et à la restauration patiente des lieux (la Méthode Ostinato appelle aux derniers progrès de la recherche didactique)... Concert d’un groupe de Vacanciers-musiciens des stages de l’été, le dimanche 11/9 à 16:00. Entrée gratuite pour les visiteurs des Journées "Des Pierres & des Lettres".

De nombreux artistes et d'autres artisans que ceux du bâtiments sont passés, passent ou séjournent à Ostin, le siège social et d'exploitation des Editions TROIS ARCHES depuis 1984. Les ouvrages d'art qu'elles ont publiés ont révélé dans leurs pages —comme autant de cadeaux au tourisme culturel d'aujourd'hui!— les traces des écrivains-voyageurs qui ont arpenté, martelé de leurs pas et sillonné les chemins de Wallonie, à pied, à cheval ou en calèche. En automobiles ensuite, peut être à bicyclette et certainement grâce au rail...

Des hommes et des femmes de lettres contemporains ont fréquenté peu ou prou les salons d'Ostin, sous les stucs ouvragés, dorés, d'époques Louis XVI et 1er Empire: parmi ces hommes et femmes de lettres, des poètes renommés ou très primés (Arthur Haulot, Michel Cliquet, André Schmitz), des auteurs-historiens et d'essais (Maurice Piron, Paul Brusson), des dramaturges et des critiques (Georges Sion, secrétaire perpétuel de l'Académie royale de langue et de littérature françaises, membre du Jury Goncourt et du jury du Prix littéraire de Monaco, Jacques Meuris, praticien de la littérature fondamentale), des romancières (Martine Cadière, Roselyn de Donnea de Hamoir, Berthe Delépinne ...), des auteurs diversement répertoriés et des écriveurs -euses venus se perfectionner dans l'art d'écrire des fictions, courtes ou longues, à l'occasion des ateliers d'écriture "Ecriture futile, écriture utile". Une session 2011 consacrée à l'écriture d'une nouvelle placée dans le contexte du domaine d'Ostin se tiendra en atelier résidentiel ou non à partir du vendredi 9 septembre. 2 ou 3 animateurs viendront assister les participants de tous niveaux, de tous les âges. Nombre de places limité. Inscription ouverte.

Regards venus d'ailleurs sur Bruxelles & la Wallonie, est un ouvrage de référence édité par les Trois Arches qui recense plus de cent auteurs, écrivains des pays voisins ou de contrées lointaines venus, forcés ou en villégiature, fouler les terres de Wallonie, un pays que Georges Sion appelle la "taverne ou l'auberge des grands passages". Les mouvements de l'Histoire ont jeté sur nos routes des errants et des immigrants innombrables : passagers éphémères ou plus durablement installés, tantôt professionnels du voyage voire même vagabonds impénitents, conspirateurs plus ou moins avoués, princes déchus et les mêmes en quête de jeux et d'aventures, poètes en tournées de promotion de leurs publications, une célèbre auteure qui voit des Pyrénées à Han-sur-Lesse, et d'autres plumes de toutes les inspirations ont visité villes et villages wallons et y furent reçus sinon bien accueillis. Ces passagers des siècles, dont tant de Français en rupture de France, arrivent dare-dare à Bruxelles puis prolongent leur séjour en terres de Wallonie. Les environs de Namur, dans ses plateaux des bords de Meuse, ont vu passer toutes les armées, même et surtout celles que la ville ne souhaitait pas recevoir ou voir passer. Ce sont des uniformes et des bannières de toutes les couleurs, en provenance de toute l'Europe qui ne cesse de se chercher, et qui, des siècles durant, est venue ici vider ses infinies querelles...

C'est dans les pas des Apolinaire, Baudelaire, Chateaubriand, Colette, De Gaulle (son frère), Erasme, Guichardin, Hemingway (en grand reportage de guerre), Hugo, Pankowski, Petrarque (dans le sillage de Laure), Rimbaud, Verlaine, du pointilleux Voltaire, Yourcenar, Zola, Zweig... et de cent et un autres auteur(e)s dont l'Histoire a retenu les noms, et que cet ouvrage replace dans le cheminement littéraire d'écrivains bien de chez nous, lesquels ont, ici ou ailleurs, le plus joliment vanté les provinces wallonnes : on pense à Marianne Pierson-Piérard, à Berthe Delépinne, Maurice Piron, Arthur Haulot, Carlo Bronne, Georges Sion, Georges-Henri Dumont, Marcel Thiry... A soi-même!, puisque le signataire ici, illustrateur d'ouvrages d'art et éditeur parlera des illustrations de deux de ses ouvrages sur le thème des Journées du Patrimoine comme autant d'écritures de lumières, tout en guidant dans les salons d'Ostin les visiteurs passionnés de pierres autant que de lettres. Il présentera à ce public un autre ouvrage de référence, épuisé, "Des Maisons et des Hommes en Belgique" qu'il a initié et illustré et que les Editions Deloge-Vokaer ont publié à l'occasion des 150 ans de l'indépendance et de la fondation de la Belgique.

Les maisons présentées dans cet ouvrage ont-elles gardé les traces des génies qui les ont investis. Ou à l'inverse ces maisons ont-elles interagi voire façonné des œuvres de ces beaux esprits lesquels ont, eux, forgé petit à petit l'identité de notre pays. Autant de portraits posthumes des Pierre Nothomb, Erasme, Elisabeth de Belgique, René Magritte, Charles-J. de Ligne, Emile Verhaeren... parmi la trentaine que compte l'ouvrage.

Bruxelles et la Wallonie recèlent des maisons du génie en si grand nombre...